Blainville, alias Blainvilla du XIème siècle, est quasi millénaire. Son nom apparaissant dans une charte de Richard II le bon, Duc de Normandie de 996 à 1026.

Au bord d’un havre d’environ 600 hectares, on y disposait d’un excellent port naturel, point de départ pour la pêche en Manche et pour les échanges avec les îles anglo-normandes ou la Flandre jusqu’au début du XVIème siècle.

 


Dès 1532 les voiliers prirent la direction du banc du Terre-Neuve où l’on pêchait la morue alors que les longs courriers voguaient vers les Antilles, le Canada, le Cap Horn ou Valparaiso.

L’ensablement du port, la concurrence des bateaux à vapeur et les guerres contre les Anglais de 1672 à 1815 provoquèrent le déclin de l’activité maritime.

Celle-ci ne devait reprendre qu’à partir de 1963 avec l’essor de l’ostréiculture qui a fait du département de la Manche le premier producteur d’huîtres, soit un quart de la production française.