Le littoral

 

– un diagnostic partagé : les communes d’Agon-Coutainville, Blainville-sur-mer et Gouville-sur-mer ont déposé à la CMB un document commun reprenant une vision d’aménagement du trait de côte sur l’ensemble de leur littoral. Ce document liste les zones fragiles ou des aménagements devraient être entrepris à court, moyen ou long terme. Il propose de nouvelles méthodes et une organisation d’intervention à la hauteur des enjeux. Il n’est pas exhaustif et est destiné à être partagé avec tous les services compétents au niveau départemental et régional.

 

– nomination d’un conseiller délégué au littoral : sous l’impulsion de Jacky BIDOT, président, le conseil de la CMB a souhaité étoffer le bureau en créant un poste de délégué au littoral.

Louis TEYSSIER, le maire de Blainville-sur-mer, a été élu pour assurer cette responsabilité. En collaboration avec Hervé GUILLE, vice-président de la CMB à l’eau et à l’assainissement, il animera la commission communautaire GEMAPI (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations). Hervé GUILLE sera responsable de toute la partie bassin versant (qualité d’eau et aménagement des cours d’eau).

La partie menée par Louis TEYSSIER portera sur le littoral. Un projet de diagnostic sera proposé sur le modèle de celui préparé avec les 2 communes voisines, avec, pour objectif, une vaste vision d’aménagement du havre de Geffosses à celui de la Vanlée.

Un calendrier de réunions sera établi afin d’aboutir, dans l’année, à la rédaction d’un document cadre pour les projets opérationnels, validé par les services techniques et d’ingénierie et engageant l’État et les élus locaux dans une démarche partenariale d’aménagement.

Sous l’impulsion du maître d’ouvrage, un plan d’action et une nouvelle structuration technique et politique devront être installés de manière pérenne, afin que les conclusions des expérimentations servent durablement.

Chaque aménagement souple ou dur devra être contrôlé en permanence. 

Un système de veille sera mis en place impliquant une entreprise de travaux publics validée, les mairies et les entreprises ostréicoles implantées sur les communes concernées, afin qu’elles soient mobilisables, selon un calendrier pré-établi, nuit et jour et 24h/24, pour répondre de façon appropriée aux dégradations qui seront constatées dans l’urgence.

Le 1er février, monsieur le préfet nous a fait l’honneur de coprésider le COPIL (comité de pilotage). La présence de l’État à nos côtés est un signe fort des collaborations qui vont s’établir et se renforcer. Grâce au partage et à l’acquisition des connaissances, nous allons pouvoir proposer des scénarios innovants et adaptés, permettant l’aménagement de notre façade littorale de façon durable.